MOMEMI MAKI OU MWANA MBOKA ?


Qui donc désigner comme futur chef d’État

Entre le « transporteur d’œufs » et le « fils du pays » ?

Est-ce donc choisir entre le jour et la nuit

Ou plutôt entre la peste et le cholera ?

Est-ce qu’il y aurait un moindre mal

Ou plutôt un choix tout tranché ?

Ô situation cornélienne, cérébrale !

Ô dilemme difficile à surmonter !

Eh là, lecteurs, réveillez-vous !

Faut pas rêver !

Aucun casse-tête ne nous est exposé

Dans le choix, il n’y a aucun flou

Allez ! Je vous donne tout net ma position

Si ça ne vous plaît pas, passez votre chemin :

Ne cochez absolument rien

Le 29 octobre, le jour des élections

D’ailleurs, si ça vous chante, restez bien chez vous

Et préparez un gros foufou

En écoutant un peu de Werra, de JB

Par après, tout repu, allez vous reposer…

Plus d’un mec taperont du point sur la table

En parcourant ces phrases très peu aimables

On hurlera : « Tu n’es pas nationaliste

Tes sentiments sont fatalistes, égoïstes »

À toutes ces gens, je dirai que d’illusions

Il ne convient point de trop nourrir son esprit

Ça fait assez longtemps qu’on n’a plus de nation

Être nationaliste… mais de quoi ou de qui ?

Reportez-vous à mon poème plus que canon

Que j’intitule « Congo État, Congo Fiction »

Je préfère être clean avec ma conscience

Avoir du Bon Dieu la confiance

Plutôt que servir des sentiments utopiques

Et soutenir des intrigues diaboliques

J’avoue que peuvent être sophistes et fallacieux

Mes arguments développés sur la nation

Mais je ne voudrais pas que des remords profonds

Taraude mon esprit déjà pas très heureux

Dans les lignes qui suivent, je m’expliquerai

J’expliquerai pourquoi mon choix délibéré

On raconte que sans vergogne ni honte

Momemi Maki a vendu

Les mines de ce bled à des individus

Le bled Congo n’y a pas trouvé son compte

On semble oublier qu’en ces temps si proches

Alors que se remplissaient à craquer moult poches

Le « Fils du pays » avait en charge les finances…

Ce détail-là ne peut qu’attirer méfiance !

Pendant que de fortes sommes se détournaient

Lui, s’occupant de l’Économie, où il était ?

De plus, c’est un secret de polichinelle

Qu’il est auteur de mégestions[1], à la pelle

En soi, nos deux candidats font très peu de cas

Des règles économiques élémentaires

Ils accaparent les recettes de l’État[2]

Faisant des grosses entreprises des déserts

Il est dit que le « Fils du pays » est une brute

Moindre gaffe, il vous bute

On aime bien l’accuser d’anthropophagie

De génocides et d’autres actes impies

Quantité d’éléments tendent à démontrer

Que Momemi Maki n’est pas non plus si clean

Il a bien des fois trucidé

Et ce, sans changer de mine !

Son régime est un régime de terreur

De souffrance et de malheurs

Dans plus d’une guerre, il a tué froidement

Il a souvent réglé des comptes instamment

En somme, avoir au sommet de ce patelin

Un homme qui méprise la vie humaine

C’est s’enfoncer davantage dans la peine

Et vouloir tout, sauf notre bien

Plus d’un reprochent vivement au « porteur d’œufs »

         Avec acharnement et insistance vigoureux –

Son frappant manque d’instruction

Il n’est titulaire d’aucune licence

Sont fort sujettes à caution

Ses études secondaires, quoi qu’on pense

Même son parcours primaire s’avère flou

Il passe difficilement des interviews

Sauf si elles ont été bien avant préparées

Une nullité intellectuelle patentée

En revanche, Mwana Mboka

A étudié dans de prestigieuses écoles

Il a certificat et diplôme d’État

Mais ce brillant cursus a-t-il quelque rôle ?

Le périple scolaire de Mwnana Mboka

S’effrite comme du bois rongé par des vers

Lorsqu’on examine ce qui est dit supra

Il est comme le « porteur d’œufs », son compère

Un intellectuel barbare et sanguinaire

Contraste avec le sentiment d’humanité

Cher à tout esprit ayant fait l’Université

Tout cela, l’ « homme du pays » n’en a que faire

Nuit et jour, à tout bout de champ

Il est dit que Rwandais serait le Président

Dévoué chauffeur de taxi à Dar-es-Salaam

Exécuteur impitoyable à Kigali

Qui il est, d’où il vient, ce n’est pas très bien établi

En somme, de bandit une âme…

Qu’importe ! Mwana Mboka n’est pas mieux situé

Il aurait des liens de sang avec… le Portugal !

Nous l’avons vu, sa gestion n’est pas une fierté

Sa cruauté est proverbiale

Tout Congolais qu’on puisse être

Tout Rwandais, Tanzanien qu’on puisse paraître

On peut gérer de façon calamiteuse

Un patelin aux dimensions du grand Congo

Il faut de la matière grise, du cerveau

Et de la moralité tout, sauf douteuse…

En peu de mots, je vous préconise ceci :

Fuyez la turpitude et la folie

Qu’il est indiqué de sanctionner durement

Abstenons-nous de voter ou votons tous blanc

Ainsi prendra corps la juste rétribution

D’une population contre ses dirigeants

Des gens qui n’ont rien à se mettre sous la dent

Contre une oligarchie qui sème l’oppression



[1] Entendez « mauvaises gestions »…

[2] État de nom…