AH, SI CES SALAUDS POUVAIENT CREVER… !


Qui tue par l’épée périra par ce moyen

Il l’a dit, le Dieu souverain

Qui agit entre autres à travers ses instruments

Que nous sommes, nous les hommes

Nous, ou d’autres, devrons éliminer, en somme

Tous ces assassins avec fusils ou à col blanc

Qui nous pourrissent l’existence chaque jour

Qui ont oublié le mot « amour »

Faisons sauter la cervelle

De tous ces génocidaires

Qu’ils s’appellent chefs rebelles

Et même homme d’affaires

Flinguons tous ces bouchers d’Irak ou du Kivu

Du Darfour voire du Tibet

Il ne suffit guère de les incarcérer

Entre leurs yeux, il faut un trou

Recrutons en masse des tireurs d’élite

Engageons des kamikazes

Pour ceux qui ont fait du monde la faillite

Du bien-être table rase

Plongeons dans un fût de vitriol

Tous ceux qui dans la crise ont un grand rôle

Qui le peuple appauvrissent

Tout en engrangeant des millions

Ils méritent la pendaison

Mieux, le pire des supplices

Écartelons, puis découpons

Tous ces détestables patrons

Licenciant massivement en s’enrichissant

Jouissant de retraites dorées

Dispersons avec joie leurs morceaux au quatre vents

Les loups et les vautours en feront une curée

Dans notre ligne de mire

N’oublions pas tous ces grands faiseurs d’injustice

Ils doivent cesser de rire

De faire de la corruption un délice

Que leur sort soit la détention

Sous la torture, pire qu’à Guantanamo

Sous plusieurs doses de poison

Sur leurs beaux os, qu’il ne reste plus que la peau