LA VÉRITÉ SUR LE DOSSIER CCR

1. Genèse de l’affaire

Suite à la crise financière, plusieurs coopératives en RDC connurent de sérieuses difficultés de trésorerie. Le Crédit Congolais pour la Reconstruction (CCR) n’échappa à la règle, au point que certains clients ne parviennent toujours pas à retirer de leur compte des sommes excédant certains montants. Coup de théâtre, en novembre 2008, des députés provinciaux de la Province Orientale ont écrit à l’Assemblée Nationale un mémo, s’imaginant à tort que l’Honorable PALUKU Wa MUTHETHI aurait volé l’argent des clients pour en faire un juteux commerce. L’Honorable PALUKU a été entendu par le Bureau et il a été démontré, documents à l’appui, qu’il n’y était strictement pour rien dans l’histoire, ni de près ni de loin. Encore un montage fomenté par ses multiples ennemis, montage qui rata… jusqu’en 2009, au mois d’août.

2. Démission anti-juridique et fictive de la Présidente du CCR

Pour une raison ou pour une autre, la Présidente du Conseil d’Administration du CCR croit démissionner en écrivant une lettre par voie d’e-mail, copie de cette démission cavalière transmise au Conseil d’Administration et aux gérants. Ladite démission n’ayant jamais été verbale, le Conseil d’Administration n’ayant jamais été entendu et n’ayant jamais pris acte, il est logique et juridique d’affirmer sans détour que jusqu’à preuve du contraire, le CCR a bel et bien une Présidente, bel et bien en fonction, même si celle-ci, pourtant avocate, ne le reconnaît pas. Par conséquent, c’est elle qui doit répondre, prioritairement d’un certain nombre d’actes, tant au Tribunal qu’au Parquet. Il est fort étonnant qu’elle n’ait jamais été contactée par les services judiciaires jusqu’à présent.

3. Les élucubrations psychotiques d’un gros client de CCR/Bunia

Un gros client de CCR/Bunia (dont nous taisons le nom par respect), en août 2009, constatant qu’il ne pourrait se faire rembourser suite aux difficultés que traverse la Coopérative, se plaignit au Parquet de la République à Kinshasa, se permettant d’accuser le vice-président du Conseil d’Administration d’abus de confiance ! Chose inconcevable en droit, d’autant plus illusoire que l’argent de ce client fut déposé au CCR en tant que société, et non au domicile dudit vice-président avec qui il n’y eut aucun contrat de dépôt à titre personnel ! Ne parvenant pas à mettre la main sur le vice-président, ce fameux client fit arrêter le gérant de CCR/Kinshasa qui passa plus d’un mois en tôle… toujours pour abus de confiance ! Entre temps, des convocations émanant du même Parquet furent lancées aux membres de la famille du vice-président, sous prétexte qu’ils seraient membres du CCR ! Élément qui reste à démontrer… Et quand bien même tel serait le cas, par quel mécanisme juridique pouvait-on les accuser de quelque infraction en rapport avec le compte d’un client ? Autre question troublante : comment donc cet acharné client connaissait-il nommément le nom des membres de famille ? Il eut fallu l’intervention énergique d’un avocat pour que le Parquet « reconnaisse » que l’affaire était purement civile et que c’est la société qu’il faudrait attaquer, et non un ou plusieurs individus de cette société. Magistrat incompétent ou corrompu ? Tirez vous-même vos conclusions…

Le volet pénal ayant complètement foiré, le fameux et tenace gros client attaqua le gérant, le vice-président du Conseil d’Administration et un membre de la famille de l’Honorable PALUKU Wa MUTHETHI en justice au Tribunal de Commerce de la Gombe. Ledit client n’attaqua pas la Coopérative CCR, sous le fallacieux prétexte que celle-ci serait une société de fait, tombée en faillite. Il n’en est évidemment rien ; on se demande d’ailleurs d’où ce client tire ce type d’infos erronées. On peut même, en allant plus loin, s’interroger sur la compétence d’un Tribunal de Commerce à connaître de l’affaire d’un membre du Conseil d’Administration. Que nous sachions, ce dernier n’a pas qualité de commerçant et les actes qu’il pose ne sont pas qualifiés de commerciaux par la loi ! Décidément, ce client est mal guidé ! L’affaire est en cours…

4. Où les clients de CCR/Bunia pètent les plombs…

Début novembre 2009, Radio Okapi diffuse une info choc. Une délégation de clients du CCR/Bunia accuse l’Honorable PALUKU [que ladite délégation nomme « promoteur » du CCR (sic)] et son fils [qu’elle nomme Président du CCR (re-sic)] d’escroquerie, du fait, selon ces clients un peu barjots, d’avoir bouffé leur argent. La délégation exige, SVP, l’arrestation immédiate de ces deux personnes. Copie de ce délire paranoïaque est transmise au Président de la République, à l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) et au Parquet Général de la République !!! C’est vraiment de la folie à un stade avancé, se permettre d’accuser SANS LA MOINDRE PREUVE un élu du peuple et son fils de tels méfaits ! Il est encore plus regrettable qu’un média de renom, Radio Okapi, diffuse sans vergogne ni vérification de l’information pareilles sottises à travers les ondes et ce, à plusieurs reprises. Quand l’une de ces journalistes a raconté que la chaîne a tenté de joindre les concernés sans succès, il y a lieu de se demander s’il s’agit d’une formule journalistique malheureuse ou d’une blague de fort mauvais goût. Pire ! Le démenti de l’avocat du CCR fut retransmis de manière tronquée, de plus en plus caviardée au fil des heures qui passaient, retirant ainsi audit démenti toute sa substance. Manque de professionnalisme ou manipulation en haut lieu ? Allez savoir…

De source certaine, nous savons que le Parquet Général de la République vient de lancer des poursuites contre le gérant, le vice-président du Conseil d’Administration et un membre de la famille de l’Honorable PALUKU Wa MUTHETHI. Il s’agit là d’une violation manifeste du Code de l’Organisation et des Compétences Judiciaires. En effet, comment un Parquet Général de la République, dont la compétence se limite aux justiciables de la Cour Suprême de Justice (sauf injonction du Ministre de la Justice) peut-il poursuivre des gens hors de leurs compétences matérielles ? Par ailleurs, comment expliquer qu’un dossier clos au Parquet de la République ressurgisse comme par magie au Parquet Général de la République ? N’est-ce pas encore, là, une fois de plus, de la manipulation ? Là également, affaire à suivre…

Conclusion

Le dossier épineux et complexe de l’Honorable PALUKU Wa MUTHETHI prend désormais une extension une extension d’une autre nature. Comme ses adversaires n’arrivent pas à l’atteindre, ils se ruent sur ses proches. Le modus operandi est toujours le même : manipulation et mensonge, même à grande échelle. Le volet pénal du dossier CCR est totalement inexistant. En revanche, les aspects politiques que comporte l’implantation de cette Coopérative sont nombreux. Ils tirent leur origine d’une fausseté : l’Honorable PALUKU serait le « promoteur » du CCR... Les innombrables ennemis de ce dernier, cherchant toutes les occasions pour l’anéantir, se basent malheureusement sur cette chimère pour causer gratuitement du tort à autrui, au détriment du peuple congolais. Combien de coopératives, ces derniers mois, ont eu des difficultés financières, voire ont fermé ? POURQUOI S’ACHARNER AVEC AUTANT DE MÉCHANCETÉ SUR UNE SEULE D’ENTRE ELLES, QUI SE BAT CORPS ET ÂME POUR S’EN SORTIR ET SATISFAIRE SES CLIENTS ? Au lieu de décrédibiliser une coopérative qui n’œuvre que pour le bien-être général, il convient plutôt de la soutenir. Dame Justice devrait se retourner contre les calomniateurs qui entretiennent et ourdissent des plans délétères contre la Nation. Et ces calomniateurs sont parfaitement connus…